Qu'est-ce que l'IVG ?

Publié le 17/10/2022 Mis à jour le 25/01/2023 Temps de lecture : 3 minutes

L'avortement, ou IVG pour Interruption Volontaire de Grossesse, est autorisé en France depuis 1975 (loi "Veil" du 17 janvier 1975 qui dépénalise l'avortement). Ce droit constitue une avancée majeure pour les femmes souhaitant maîtriser leur fécondité, ainsi qu'un progrès de santé publique.

L'IVG est possible pour toutes les femmes, majeures et mineures, jusqu'à 14 semaines de grossesse (ou 16 semaines d'aménorrhées, soit 16 semaines après le 1er jour des dernières règles). En France, un avortement se fait dans des conditions sûres, protégé par le secret, voire anonymement si la femme le souhaite, et sans frais.

Qui est concerné ?

L'IVG concerne toute femme, majeure ou mineure, qui ne souhaite pas poursuivre une grossesse. Pour les mineures, l'autorisation parentale n'est pas nécessaire mais il est demandé d'être accompagnée par une personne majeure de son choix.

Seule la femme concernée peut en faire la demande.

En 2021, 223 300 IVG ont été réalisées en France.

Pour en savoir plus, consultez notre foire aux questions

Quels sont les délais à respecter ?

En France, l'avortement est possible jusqu'à la fin de la 14e semaine de grossesse (soit 16 semaines après le 1er jour des dernières règles ou 16 semaines d'aménorrhée).

Ce délai, maximal, peut varier selon la méthode choisie :

  • IVG médicamenteuse : possible jusqu'à 7 semaines de grossesse (soit 9 semaines après le 1er jour des dernières règles ou 9 semaines d'ménorrhée)
  • IVG instrumentale : possible jusqu'à 14 semaines de grossesse (soit 16 semaines après le 1er jour des dernières règles ou 16 semaines d'aménorrhée)

Une fois la décision prise, il est important d'engager les démarches très rapidement car les délais de prise en charge peuvent être longs.

Pour en savoir plus, consultez notre foire aux questions

Quelles sont les méthodes existantes ?

Deux méthodes d'IVG sont pratiquées en France :

  • l'IVG médicamenteuse :
    • il s'agit de prendre deux médicaments différents à 24h ou 48h d'intervalle, qui vont permettre à l'oeuf de se détacher de l'utérus et d'être expulsé ;
    • possible jusqu'à la 7e semaine de grossesse (soit 9 semaines après le 1er jour des dernières règles ou 9 semaines d'aménorrhée) ;
    • sans anesthésie ni intervention instrumentale ;
    • par l'intermédiaire d'un médecin ou d'une sage-femme, exerçant en établissement de santé (hôpital ou clinique), en cabinet libéral, en centre de santé sexuelle (ex centre de planification familiale) ou en centre de santé.
  • l'IVG instrumentale ou IVG par aspiration
    • il s'agit d'une intervention instrumentale pour aspirer l'oeuf qui se trouve dans l'utérus, d'une durée de 10 à 20 minutes ;
    • possible jusqu'à la 14e semaine de grossesse (soit 16 semaines après le 1er jour des dernières règles ou 16 semaines d'aménorrhée) ;
    • sous anesthésie locale (seul le col de l'utérus est "endormi") ou générale ;
    • effectuée par un médecin ou une sage-femme, en établissement de santé (hôpital ou clinique) ou dans certains centres de santé autorisés.

Dans tous les cas, deux consultations médicales sont obligatoires avant une IVG.

Elles se déroulent avec un médecin ou une sage-femme, et sont nécessaires pour poser toutes les questions et obtenir toutes les informations. Plus précisément, la première consultation sert à informer et orienter, la seconde permet de confirmer le choix de la patiente et de retenir l'une des deux méthodes. Il n'y a pas de délai minimal à respecter entre ces 2 temps de consultation.

Pour les mineures, un entretien psycho-social supplémentaire est obligatoire. Les femmes majeures qui en expriment le besoin peuvent également en bénéficier.

Pour en savoir plus, consultez notre foire aux questions

Pour aller plus loin, consultez le guide complet sur l'IVG :